Des milliers d'énormes chiens abandonnés par leurs maîtres chinois sèment la terreur au Tibet | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Des milliers d'énormes chiens abandonnés par leurs maîtres chinois sèment la terreur au Tibet
©

Cave Canem

Des milliers d'énormes chiens abandonnés par leurs maîtres chinois sèment la terreur au Tibet

Ou comment une mode pour un chien de la taille d'un lion peut provoquer une catastrophe écologique...

Depuis quelques temps, le Tibet est rempli d'une population agressive inattendue : des milliers de dogues du Tibet, d'énormes chiens de la taille de lion, à la fourrure épaisse, employés généralement par les bergers du plateau sillonnent les villes de la région chinoise et provoquent de nombreux incidents. Un reportage sur cette population sorti en avril et intitulé Les dogues tibétains abandonnés retrace ce marasme local. 

Au départ, il y a l'achat massif de ces dogues par les populations chinoises dans les années 2000. Un commerce se développe et des élevages inondent le marché très demandeur de ces ours en peluche vivants. On vendait ces chiens à des prix délirants tant ils étaient rattachés à l'idée de puissance et de richesse. Mais l'augmentation de la population canine mit fin à cette mania. La mode finit par passer, et les maîtres commencèrent alors malheureusement à abandonner leurs molosses dans la rue. Les centres d'élevages durent fermer et leurs chiens se retrouvèrent eux aussi dans le caniveau. On parle de 14.000 chiens errants dans la préfecture du Qinghai en 2015, preuve que le phénomène est important. La situation a alors dégénré. Certains maitres peu scrupuleux croisèrent leurs chiens avec d'autres races et produirent des hybrides instables, grossissant encore la population errante. On se mit aussi à massacrer les chiens pour leur viande ou leur fourrure. 

Mais ce ne fut pas tout. Les chiens errants devinrent agressifs et se mirent à attaquer le bétail, à commence par le fameux "mouton bleu" local, faisant même de l'ombre aux léopards des neiges locaux. Et ils s'attaqueraient aussi aux humains désormais.

Un exemple de catastrophe écologique, en quelque sorte.

Lu sur Quartz

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !