Des individus parviennent à siphonner 120.000 litres d'essence avant de les revendre au marché noir | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Des individus parviennent à siphonner 120.000 litres d'essence avant de les revendre au marché noir
©Federico PARRA / AFP

Or noir

Des individus parviennent à siphonner 120.000 litres d'essence avant de les revendre au marché noir

Des voleurs ont vidé le stock d'essence de stations-service Total en Ile-de-France. Ils ont réussi à revendre le carburant sur le marché noir. Un code PIN des pompes Total, fixé sur 0000, est au cœur de la faille.

Selon des informations de Futura-Sciences, cinq malfaiteurs sont parvenus à vider des stations-service Total en Ile-de-France. Ils ont revendu le carburant sur le marché noir, notamment à l'aide des réseaux sociaux. Un code PIN fixé par défaut sur 0000 aurait facilité l'action des malfaiteurs. 

Cinq hommes ont été arrêtés pour avoir volé de l'essence. Les suspects auraient dérobé pour plus de 150.000 euros de carburant.  

Ils auraient réalisé cette action frauduleuse grâce à une télécommande de pompiste. Cet appareil est en vente libre sur Internet. Cet outil permet de faire basculer en mode manuel la marque de pompe utilisée par Total. Le système de paiement a été désactivé. Les pompes nécessitent un code PIN avant d'autoriser la prise de contrôle grâce à la télécommande. Le code PIN des pompes Total était fixé sur 0000 et n'avait pas été changé. 

Les suspects ont ainsi rempli les réservoirs de leurs camions jusqu'à ce que les cuves de la pompe soient vides. 

Selon des précisions de Futura-Sciences, au moins 170 faits différents ont été recensés. Des groupes privés sur les réseaux sociaux auraient permis de communiquer l'opération. 

Des automobilistes faisaient le plein à un prix défiant toute concurrence. Des fraudeurs ont également rempli des cuves afin de revendre l'essence et le diesel dans des cités du Val-d'Oise et en Seine-Saint-Denis. 

Futura Sciences

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !