Des fragments d'une comète vieille de 28 millions d'années retrouvés pour la première fois | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Les restes d'une comète ont été identifiés pour la première fois sur Terre
Les restes d'une comète ont été identifiés pour la première fois sur Terre
©

Découverte

Des fragments d'une comète vieille de 28 millions d'années retrouvés pour la première fois

Celle-ci a explosé au-dessus de l'Egypte en entrant dans l'atmosphère.

Grande première dans le monde scientifique. Un caillou de 30 grammes possédant une "composante extraterrestre" a été retrouvé et identifié. Il s'agit en réalité des restes d'une comète ayant explosé au-dessus de l'Egypte il y a plus de 28 millions d'années. Les analyses ont été menées par une équipe de chercheurs sud-africains.

Ceux-ci ont étudié un mystérieux petit caillou noir trouvé en 1996 par un géologue égyptien à l'intérieur d'un morceau de verre de silice. En l'examinant de près, l'équipe de chercheurs s'est dite convaincue d'avoir mis en évidence "le premier exemplaire connu d'un noyau de comète, et pas simplement un type inhabituel de météorite" a indiqué mardi l'université du Witwatersrand (Wits) à Johannesburg.  

Il s'agit de "sa première preuve qu'une comète est entrée dans l'atmosphère terrestre et a explosé", souligne l'université sud-africaine. Celle-ci en explosant a détruit toute forme de vie autour de l'impact. De plus, l'explosion a chauffé le sable jusqu'à une température de 2 000°C, provoquant la formation d'une quantité impressionnante de verre de silice jaune dispersée sur 6 000 km2 dans le Sahara. "Les comètes visitent toujours nos cieux, ce sont des boules de neige sale de glace mélangée à de la poussière, mais jamais auparavant dans l'histoire de la matière une comète n'avait été trouvée sur Terre", s'est réjoui le professeur David Block, cité dans le communiqué de Wits, où il dirige le Laboratoire de poussière cosmique.

Lu sur 20 Minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !