Des bactéries contenues dans les excréments pourraient permettre de recharger les smartphones | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Ces bactéries pourraient permettre de produire de l'électricité
Ces bactéries pourraient permettre de produire de l'électricité
©University of East Anglia

Une bonne idée dans l'air

Des bactéries contenues dans les excréments pourraient permettre de recharger les smartphones

Les chercheurs ont remarqué qu'elles étaient capables de produire de l'électricité.

Les batteries du futur auront peut-être une origine insoupçonnée. Des chercheurs britanniques étudient des bactéries présentes dans les excréments pour recharger des "bio-batteries", celles qui pourraient alimenter nos smartphones du futur. En fait, ces fameuses bactéries consomment des minéraux de fer et expulsent par ce processus une charge électrique qui peut alors être exploitée.

"Nous espérons que la compréhension de ce processus naturel va inspirer la conception de protéines sur mesure qui permettront la création de piles à combustible microbien" explique Julea Butt, chercheur à l'université East Anglia, dans l'est de l'Angleterre.

L'exploitation de ces bactéries offre de grandes perspectives pour la production d'énergie durable. Reste encore à déterminer de quelle façon les scientifiques pourront reproduire ce phénomène artificiellement. L'année dernière, des chercheurs de Bristol avaient déjà affirmé avoir produit le premier téléphone qui fonctionnait à l'urine. Le concept est assez similaire puisque ce sont encore des microbes qui produisent la charge électrique, en se nourrissant de l'urine. Une idée pas très ragoutante mais qui a le mérite de pouvoir être produite nuit et jour. Qu'on se le dise, nos déjections ont de l'avenir. 

Lu sur le Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !