Dépeceur de Montréal : Luka Magnotta élu personnalité de l'année au Canada | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Luka Rocco Magnotta a été élu personnalité médiatique de l'année 2012 au Canada.
Luka Rocco Magnotta a été élu personnalité médiatique de l'année 2012 au Canada.
©DR

Choix controversé

Dépeceur de Montréal : Luka Magnotta élu personnalité de l'année au Canada

L'ex-acteur porno est accusé d'avoir assassiné et démembré un étudiant chinois.

Le "dépeceur de Montréal", Luka Rocco Magnotta, a été élu personnalité médiatique de l’année par un collège de journalistes canadiens. L'ex-acteur porno, accusé d'avoir assassiné et démembré l'étudiant chinois Lin Jun, a été désigné par 22% des médias qui ont pris part au sondage organisé chaque année par l’agence de presse La Presse Canadienne.

Un choix qui a suscité de vives réactions au Canada. Sur Twitter, le chef intérim du parti libéral s'est offusqué de cette sélection, qu'il a qualifié de "vraiment dégoûtante". La Presse Canadienne, l'équivalent canadien de l'AFP, fait selon lui du "sensationnalisme de bas étage". D'autres, comme l'humoriste et scénariste Stéphane Laporte, dénoncent la fascination pour ce type de personnages et demandent à La Presse Canadienne de revoir son choix.

De son côté le rédacteur en chef de La Presse Canadienne, Scott White, a tenu à préciser que le titre de personne ayant le plus marqué l'actualité n'était "pas un concours de popularité". "Les nominations ne sont qu'une réflexion des sujets qui ont le plus marqué l'actualité", a-t-il précisé, ajoutant qu'il était conscient que ce choix était également controversé.

Par le passé, seules deux autres personnalités connues pour des crimes sont arrivées en tête de ce sondage : un ancien trafiquant de drogues, Lucien Rivard en 1965, et le tueur en série Russell Williams en 2010.

L'histoire Magnotta a fait l'objet de 1 300 articles et reportages dans les journaux, à la télévision et à la radio dans 40 pays, selon Jean-François Dumas, le président d'Influence Communication, une société de surveillance et d'analyse des médias. "La plus grosse partie de l'histoire n'est pas l'homme lui-même, mais bien l'horreur de ce qui est arrivé, ça dépasse l'imagination de tout le monde (...) Oui, c'est une nouvelle effrayante", a-t-il analysé.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !