Décès de George Blake, agent double britannique qui passa à l'Est | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Décès de George Blake, agent double britannique qui passa à l'Est
©Yury MARTYANOV / Kommersant Photo / AFP

Defector

Décès de George Blake, agent double britannique qui passa à l'Est

Ce célèbre espion est décédé à l'âge de 98 ans.

L'ex-agent double britannique George Blake, qui espionnait pour le compte du KGB soviétique dans les années 1950, est décédé à l'âge de 98 ans, ont annoncé samedi les agences de presse russes.

Né à Rotterdam en 1922, George Behar est devenu un ardent anti-nazi au moment de l'occupation des Pays-Bas par le Troisième Reich. Entré en résistance, il est arrêté, mais relâché à cause de son jeune âge. Il gagne alors Londres, déguisé en moine, juste avant de fêter ses 18 ans, et change de nom pour Blake.

Devenu agent secret au sein du MI6, les services secrets britanniques, George Blake est fait prisonnier par les Nord-Coréens lors de la guerre de Corée, en 1950. Il passe trois ans en prison et en ressort convaincu du bien-fondé du communisme. Libéré, il retourne au MI6 et profite de sa position pour envoyer des documents secrets à l'URSS. Il est démasqué par l'agent double polonais Michal Goleniewski en 1959, arrêté et condamné à quarante-deux ans de prison en 1961. En 1966, il réussit à s'évader et se réfugie en URSS. Il vivait depuis à Moscou.

"Aujourd'hui, le légendaire officier du renseignement (...) George Blake, n'est plus. Il aimait sincèrement notre pays, admirait l'exploit de notre peuple au cours de la Deuxième Guerre mondiale", a déclaré à l'agence publique TASS le porte-parole des services de renseignements extérieurs russes (SVR), Sergueï Ivanov.

Beaucoup de spécialistes lui reprochent la mort de nombreux agents occidentaux tombés en URSS (de 150 à 400), mais George Blake a expliqué avoir passé un accord avec le KGB : qu'aucun agent capturé grâce à lui ne soit condamné à mort. Le KGB assure que cela a été respecté à la lettre.

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !