Coronavirus : fermeture "historique" de la basilique du Sacré-Coeur à Paris | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Religion
Coronavirus : fermeture "historique" de la basilique du Sacré-Coeur à Paris
©JOEL SAGET / AFP

Paris confiné

Coronavirus : fermeture "historique" de la basilique du Sacré-Coeur à Paris

Pour la première fois depuis sa construction, le Sacré-Coeur sera fermé en pleine crise de Coronavirus. Cette mesure doit permettre de diminuer l’afflux de personnes sur ce site historique et donc d'endiguer l'épidémie.

La basilique du Sacré-Coeur à Paris, située en haut de la butte Montmartre, "a fermé ses portes", en réponse "aux consignes gouvernementales et au strict besoin de confinement de tous", selon des précisions du recteur de la basilique. Un communiqué a été publié par Mgr Jean Laverton ce jeudi suite à cette décision.

"Si les églises de France restent ouvertes, la basilique du Sacré-Coeur de Montmartre a fermé ses portes. La basilique est d'abord un grand sanctuaire mais c'est aussi l'un des monuments les plus visités de Paris. A la suite des dernières consignes gouvernementales et au strict besoin de confinement de tous, ces monuments sont désormais fermés au public".

Depuis sa construction, "c'est la première fois que la basilique est fermée".

Selon des informations de BFMTV, les églises restent encore ouvertes en France mais les mesures de confinement interdisent toute "réunion de plus de 20 personnes au sein d'un lieu de culte", selon le site du gouvernement. Aucune messe avec une assemblée, de quelque taille que ce soit, ne doit être célébrée, a détaillé ce mardi la Conférence des évêques de France. La plupart des offices sont retransmis sur des médias catholiques ou sur les réseaux sociaux. Le sanctuaire de Lourdes a déjà fermé également cette semaine. 

BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !