Comment l’odeur des forêts de pin contribue à limiter le réchauffement climatique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Comment l’odeur des forêts de pin contribue à limiter le réchauffement climatique
©Reuters

Merci les arbres

Comment l’odeur des forêts de pin contribue à limiter le réchauffement climatique

D’après l'étude scientifique, il y aurait un mécanisme de vaporisation de la fragrance au-dessus des forêts boréales, parfum qui se transformerait en aérosol qui contribuerait au refroidissement de l’atmosphère.

C’est une étude publiée dans la revue britannique Nature qui l’affirme : des scientifiques pensent avoir découvert un lien très fort entre le parfum puissant des forêt de pins et le réchauffement climatique, le premier luttant activement contre le second.

D’après leurs études, il y aurait un mécanisme de vaporisation de la fragrance au-dessus des forêts boréales, parfum qui se transformerait en aérosol. Or, ces aérosols contribueraient au refroidissement global de l’atmosphère, en réfléchissant la lumière du soleil dans l’espace et en facilitant la formation des nuages. Une découverte majeure selon la BBC qui comble les lacunes des scientifiques à propos de l’impact des aérosols dans l'atmosphère sur le réchauffement climatique.

Pour être précis, l’équipe des chercheurs, composée de membres de différentes nationalités, ont en effet résolu le mystère chimique qui fait que l’odeur se transforme en aérosol et se met à réfléchir la lumière. Ils ont compris que l’odeur des pins, composée de composés organiques volatiles, réagissent avec l’oxygène dans la canopée de la forêt pour former les-dits aérosols.

Lu sur BBC.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !