Cinéma : les cérémonies partent en guerre contre les discours de remerciement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Cinéma : les cérémonies partent en guerre contre les discours de remerciement
©

Top chrono

Cinéma : les cérémonies partent en guerre contre les discours de remerciement

Tant les Oscars que les César veulent raccourcir drastiquement ces interminables moments.

"Démerdez-vous. Pas plus de deux minutes et demie par intervention." Le président de l’Académie des César, Alain Terzian, ne passe pas par quatre chemins, à en croire Premiere. "L'année dernière, le prix du meilleur film a été remis à une heure moins cinq ! A cette heure-là, tout le monde dort. Ce n'est plus possible ! Cette année, il est impératif que tout soit fini à minuit moins cinq. Aux Oscars, les lauréats ont droit à une minute trente chacun et ils y arrivent !".

Justement, les Oscar viennent de réduire drastiquement le temps accordé aux vainqueurs. Désormais, les remerciements de chacun devront être contenus en 45 secondes. Mieux, les nommés devront transmettre la liste des noms à citer, qui défileront sur bandeau en cas de victoire. Comme le raconte le Figaro, ce sera l'occasion pour les journaux people d'évaluer la qualité des relations des stars ? Vont-elles citer ou non leur conjoint ?

Evidemment, le véritable but est de dynamiser une cérémonie qui traîne en longueur. Dans 20 minutes, l'ex maître de cérémonie, Edouard Bear avait néanmoins justifié ces longueurs : "On m'a reproché que c'était trop long mais je ne me voyais pas couper Abderrahmane Sissako alors qu'il parlait de son film Timbuktu et de la liberté d'expression quelques jours après la tuerie de Charlie Hebdo" explique-t-il. "Je trouve qu’on ne respecte pas assez la culture et l'intelligence à la télé française. Les seules émissions où on n’interrompt pas les gens sont les débats sur le foot."

La cérémonie des César aura lieu le 26 février et celle des Oscars le 28 février.

Lu sur le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !