Charles Aznavour évoque les migrants : "je pense que mes parents ont dû vivre cette vie-là" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Charles Aznavour évoque les migrants : "je pense que mes parents ont dû vivre cette vie-là"
©wikipédia

Le plus Arménien des Français

Charles Aznavour évoque les migrants : "je pense que mes parents ont dû vivre cette vie-là"

Le chanteur de 91 ans a défendu l'idée déjà exprimée au printemps de repeupler les villages avec ces nouveaux arrivants.

Charles Aznavour, né à Paris en 1924, de parents arméniens s'est exprimé ce mardi au sujet des migrnats : "Ca me fait beaucoup de peine, beaucoup de mal, de voir ces gens qui défilent avec leurs enfants, perdus". Et de témoigner : "C'est une chose que je n'ai pas connue, mais je pense que mes parents ont dû vivre cette vie-là", avant d'ajouter : "Il faut leur trouver une situation, il faut construire leur future existence".

Le chanteur de 91 ans avait déjà défendu l'idée au printemps de repeupler les villages avec ces nouveaux arrivants. Il a insisté : "Il s'agirait de nourrir les villages de gens qui ont des professions différentes. Toutes les professions sont sur la route, sans exception, il y a des médecins, des boulangers, des garagistes... Et à ce moment-là, on montrerait la France comme un modèle. On dirait: Regardez, ils ont fait des villages. On pourrait rouvrir les écoles, rouvrir des postes". 

L'interprète de la Bohème, particulièrement touché par cetet crise a conclu : "Je suis très déterminé là dessus, il faut le faire!" affirmant ne pas avoir contacté d'élus ou de responsables politiques à ce sujet mais qu'il savait "solliciter", comme il l'avait fait en 1989 en chantant avec d'autres artistes une chanson pour l'Arménie, alors touchée par un important tremblement de terre. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !