Catherine Deneuve estime qu'il "n'y a plus de stars en France" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
L'actrice Catherine Deneuve.
L'actrice Catherine Deneuve.
©Reuters

Video killed the radio star

Catherine Deneuve estime qu'il "n'y a plus de stars en France"

Catherine Deneuve estime que le numérique a été fatal aux stars, qui doivent "se montrer peu" pour ne pas être banalisées, dans une interview au Journal du Dimanche.

A trois jours de l'ouverture du Festival de Cannes, l'actrice Catherine Deneuve -à l'affiche du film La Tête haute qui sera projeté mercredi en ouverture du Festival- considère dans une interview au JDD que l'introduction du numérique et des selfies a nui à l'image des stars.

"Il n'y a plus de stars en France. Une star est quelqu'un qui doit se montrer peu et rester dans la réserve", juge l'actrice aux deux César. "Avec l'introduction du numérique, il y a une intrusion de tout, partout, tout le temps. On voit énormément de gens très célèbres, qui ont des millions de followers et qui n'ont absolument rien fait", regrette l'actrice, qui en juillet 2014 avait totalement snobé Nabilla à la sortie d'un défile de Jean-Paul Gaultier. "Clairement, elle ne me calcule pas. Ce n'est même pas qu'elle ne me calcule pas, c'est que j'ai senti que je n'avais pas ma place" avait confié Nabilla à l'époque.

Catherine Deneuve confie aussi avoir avec la technologie "une relation limitée". "Je trouve le portable très pratique. Je l'éteins quand il faut, je ne vais pas à table avec mon téléphone sur moi. C'est formidable de pouvoir faire des photos, mais je déteste les selfies, se photographier tout le temps, se parler via FaceTime... Ça banalise tout", juge-t-elle.

"Et cette idée qu'on est en train de se regarder faire les choses et non pas de les vivre, c'est terrible", déplore aussi la star.

Lu sur Ozap

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !