Carla Bruni : elle se trouvait "grosse et laide" et reconnait être en thérapie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
"Le pouvoir, c'est quelque chose de brutal", a déclaré l'ex première dame.
"Le pouvoir, c'est quelque chose de brutal", a déclaré l'ex première dame.
©Reuters

Première dame

Carla Bruni : elle se trouvait "grosse et laide" et reconnait être en thérapie

L'ex-première dame s'est confiée dans une interview accordée au magazine américain Vanity Fair.

Dans une interview publiée jeudi par le magazine américain Vanity Fair, Carla Bruni reconnait être en thérapie et déclare s'être sentie vulnérable après avoir pris du poids lors de la naissance de sa fille Giulia en 2011.

L'épouse de l'ex-chef d'Etat français révèle en effet avoir souffert des commentaires de la presse française sur son corps après son accouchement :"Ils disaient que j'étais grosse. C'était vraiment méchant"."J'étais très fragile à ce moment-là. Je suis plutôt grande, avec des épaules larges, et avec 20 kilos en plus, je n'ai même pas l'air grosse, je suis juste moche. Avoir des enfants après 40 ans n'est vraiment pas facile", explique-t-elle.

Carla Bruni-Sarkozy estime que les rumeurs selon lesquelles elle aurait envisagé de quitter son mari après l'élection perdue de mai 2012 sont "folles""Le pouvoir, c'est quelque chose de brutal. Il faut être très structuré intérieurement pour y faire face sans partir en morceaux", juge-t-elle néanmoins.

Si elle refuse de parler politique, elle se montre très loquace sur sa vie privée. "Nicolas a trouvé son maître. Je pense qu'avec notre âge et le fait que ce soit une fille, nous fondons littéralement tous les deux, vous comprenez ?", révèle-t-elle.

Sur sa thérapie, la chanteuse déclare aimer "ce type de travail sur soi parce qu'avec l'âge s'il n'y a pas de philosophie, il n'y a pas de sérénité, pas de sagesse. Il n'y a rien, sinon un effondrement".


En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !