Cancer du poumon : des scientifiques découvrent un médicament qui pourrait soigner la maladie dans sa forme la plus dangereuse | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Un nouveau médicament pourrait traiter le cancer du poumon
Un nouveau médicament pourrait traiter le cancer du poumon
©wikipedia.org

Avis aux fumeurs

Cancer du poumon : des scientifiques découvrent un médicament qui pourrait soigner la maladie dans sa forme la plus dangereuse

Ce nouveau médicament baptisé AZD3965 est actuellement en essais cliniques, mais il n'a pas encore été testé sur le cancer du poumon à petites cellules, la forme la plus agressive de la maladie.

Le médicament, qui est actuellement en cours de tests cliniques, fonctionne en consultant la production d'énergie dans les cellules cancéreuses comme un moyen d'arrêter la croissance de la tumeur. Il pourrait être utilisé pour aider les personnes dont les tumeurs sont devenues résistantes à la chimiothérapie.

La recherche, publiée dans la revue Clinical Cancer Research, contribue également à identifier les patients qui sont les plus susceptibles de répondre au traitement. La professeur Caroline Dive, travaillant à l'institut de recherche de cancérologie de Manchester, qui a dirigé la recherche, a déclaré: "le cancer du poumon à petites cellules connaît un sombre pronostic et nous avons vu peu d'amélioration dans son traitement depuis de nombreuses années".

D'après elle, des thérapies plus ciblées sont nécessaires "pour aider les patients dont les tumeurs deviennent résistantes à la chimiothérapie". La scientifique anglaise s'est par ailleurs montrée positive concernant ce nouveau médicament. "Nos résultats de laboratoire sont prometteurs et nous encouragent à tester ce traitement cliniquement chez les patients atteints de cancer du poumon à petites cellules".

lu sur dailymail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !