Cancer : il y a 3 200 ans, les hommes souffraient déjà de cette maladie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Des archéologues ont découvert un squelette ayant été atteint d'un cancer
Des archéologues ont découvert un squelette ayant été atteint d'un cancer
©Reuters

Grande découverte

Cancer : il y a 3 200 ans, les hommes souffraient déjà de cette maladie

Des archéologues ont en effet découvert au Soudan le squelette d'un homme ayant été atteint d'un cancer métastatique.

C'est une découverte majeure dans le monde de la santé. Alors même que le cancer est généralement perçu comme une maladie contemporaine, de nouvelles données viennent chambouler tous nos acquis. En effet, dans une étude publiée lundi dans la revue PLOS One, relayée par Sciences et avenir, des archéologues affirment avoir découvert au Soudan le squelette d'un homme ayant souffert d'un cancer métastatique. L'intérêt majeur de cette découverte est que les ossements sont vieux de 3 200 ans.

Concrètement, les restes de cet homme, dont l'âge a été évalué entre 25 et 35 ans, ont été trouvés l'an dernier dans une tombe au Soudan, près du Nil, par une étudiante de l'université anglaise de Durham (nord-est). Un examen de ses os a révélé que cet homme, apparemment issu d'un milieu aisé, souffrait d'un cancer avec métastases. Pour autant, les scientifiques n'ont pas encore réussi sans à déterminer si la mort de cet homme est due à la maladie.

Des examens notamment radiographiques ont permis d'observer des lésions sur les os, avec des métastases sur les clavicules, omoplates, vertèbres, bras, côtes, os des cuisses et le bassin. Les chercheurs ne peuvent que spéculer sur l'origine de ce cancer : les fumées provoquées par les feux de bois, des facteurs génétiques ou une maladie infectieuse causée par des parasites.

Il s'agit à ce jour du squelette le plus complet et le plus ancien jamais découvert d'un être humain souffrant d'un cancer de ce type, estiment les chercheurs de l'université de Durham et du British Museum. Selon ces chercheurs, il est extrêmement rare de trouver la trace d'un cancer lors de découvertes archéologiques. C'est pourquoi ils étaient persuadés auparavant que cette maladie est "principalement liée au mode de vie contemporain et à l'allongement de l'espérance de vie". Mais ça, c'était avant.

lu sur Science et avenir

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !