Canal+ songe à stopper très rapidement "Le Grand Journal" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Canal+ songe à stopper très rapidement "Le Grand Journal"
©Capture d'écran

Clap de fin ?

Canal+ songe à stopper très rapidement "Le Grand Journal"

Face aux audiences catastrophiques, l'arrêt de l'émission pourrait être effectif dès mars ou avril prochain.

Canal + va-t-elle perdre une de ses émissions phares ? Selon plusieurs sources, la chaîne cryptée songerait très sérieusement à stopper la production du "Grand Journal", diffusé en clair chaque soir de la semaine. Et le clap de fin pourrait intervenir plus tôt que prévu. L'arrêt de l'émission pourrait être effectif dès mars ou avril prochain. Selon Puremedias, qui cite un cadre de la chaîne, "la décision n'est pas encore prise"… mais serait hautement probable. "Plus personne ne nous regarde, alors qu'on se défonce tous les jours. C'est peut-être mieux comme ça" lâche, dépité, un membre de l'équipe au site Internet.

Lors de l'arrêt de Nulle Part Ailleurs en 2001, Canal + avait mis du temps avant de retrouver ses marques, mais semblait y être parvenu avec Michel Denisot, personnage emblématique de la chaîne, qui avait lancé "Le Grand Journal" en 2004. Mais depuis son départ en 2013, l'émission prend l'eau petit à petit. Ni Antoine de Caunes, ni Maitena Biraben, ni Victor Robert, n'ont su mettre fin à l'hémorragie au niveau des audiences.

L'émission peine aujourd'hui à se renouveller et doit surtout faire face à une concurrence accrue: "Quotidien" sur TMC, "C à vous" sur France 5 et "Touche pas à mon poste" de C8. Puremedias rapporte cependant que "Canal+ ne s'avoue pas pour autant vaincue". Et la chaîne travaillerait sur plusieurs nouveaux projets pour la saison prochaine, 

Lu sur Puremedias

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !