Bretagne : il découvre une bouteille jetée à la mer 16 ans plus tôt par un Québécois | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Un message dans une bouteille
Un message dans une bouteille
©Dave Leander

Tous les cris, les SOS

Bretagne : il découvre une bouteille jetée à la mer 16 ans plus tôt par un Québécois

Nicolas Morin écrivait qu'il aimait le basket-ball et les pizzas. Le Breton lui a répondu... via Skype !

Défiant la tempête qui grondait en Bretagne, Lucien Sanquer se promenait sur une plage de Crozon, mardi dernier, quand il a trouvé une bouteille à la mer. "Je longeais la dune quand un point rouge a attiré mon regard, a-t-il raconté à Ouest France. Je me suis approché et j'ai vu qu'il s'agissait d'un petit drapeau canadien enfermé dans une bouteille en plastique. À l'intérieur, il y avait un courrier." En ouvrant la bouteille, "j'avais le coeur qui battait fort. Ça me faisait bizarre", a-t-il détaillé.  

La lettre dactylographiée, datée du 10 avril 1998, était rédigée en anglais : "Bonjour, mon nom est Nicolas Morin. Je suis un garçon. J'ai 16 ans. Je suis né le 25 mai 1982. Je parle français mais j'apprends l'anglais à l'école. J'ai un frère mais pas de soeur. Mon sport préféré est le basket-ball. Mon plat préféré est la pizza. Je vis à Roxton Falls, une ville du Québec. J'espère avoir de vos nouvelles très vite."

Lucien, surexcité, a aussitôt raconté la nouvelle a ses amis. Elle a ensuite été rapportée par le Télégramme de Brest. Quelques jours plus tard, une journaliste de Radio Canada a contacté Lucien : elle a retrouvé le fameux Nicolas Morin ! Les deux hommes se sont alors donnés rendez-vous sur Skype. Nicolas Morin a aujourd’hui 32 ans, il est fiancé, n’a jamais déménagé, et adore toujours les pizzas ! Ils se sont promis de rester en contact.

Lu sur Le Nouvel Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !