Big Bang : le satellite Planck découvre l'origine de l'Univers qui a 80 millions d'années de plus que prévu | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
L'image représente l'Univers quand il n'était âgé que de 380 000 ans
L'image représente l'Univers quand il n'était âgé que de 380 000 ans
©DR

Big Bang Theory

Big Bang : le satellite Planck découvre l'origine de l'Univers qui a 80 millions d'années de plus que prévu

Les données de Planck corroborent l'hypothèse d'un modèle d'Univers relativement simple, plat et en expansion et montre que l'univers à 80 millions d'années de plus que ce que l'on pensait.

Qu'y avait-il au commencement ? Cette quête – la quête de l'humanité au fond – vient de faire un grand bond en avant. Le satellite européen Planck, lancé en 2009 sur les traces de la première lumière émise peu après le Big Bang, a dévoilé jeudi matin l'image la plus précise jamais réalisée de l'Univers dans sa prime jeunesse. "Nous avons osé regarder le Big Bang de très près" et permis "une compréhension de la formation de l'Univers" vingt fois meilleure qu'auparavant, s'est félicité le directeur général de l'Agence spatiale européenne (ESA), Jean-Jacques Dordain, en présentant les premiers résultats de Planck à Paris.

Voici à quoi ressemblait l'Univers quand il n'était "que" de 380 000 ans (Source : ESA)

Hormis quelques anomalies qui vont donner du grain à moudre aux théoriciens durant des années, "les données de Planck corroborent de façon spectaculaire l'hypothèse d'un modèle d'Univers relativement simple", plat et en expansion, précise l'ESA. Elles ont aussi permis aux chercheurs de mieux connaître la "recette cosmique" des différents composants de l'Univers. Ce nouvel examen de la fraction de seconde qui a suivi le Big Bang démontre également que l’univers a 80 millions d’années de plus qu’on ne le croyait, l’univers serait donc âgé de 13,81 millions d’années.

Certes, cette carte "ressemble un peu à un vilain ballon de rugby ou à une œuvre d'art moderne, mais je peux vous assurer que certains scientifiques auraient pu échanger leurs enfants contre cette image", a lancé George Efstathiou, astrophysicien à l'Université britannique de Cambridge (Royaume-Uni), qui commentait les résultats de Planck au siège de l'ESA.

Car "il s'agit d'une image de l'Univers tel qu'il était 380 000 ans après le Big Bang" seulement, lorsque sa température frisait les 3.000°C, a-t-il souligné.

Lu sur le Washinton Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !