Berck : un malade sauve l'ambulancier qui le transportait | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Berck : un malade sauve l'ambulancier qui le transportait
©Reuters

Jeu de rôles

Berck : un malade sauve l'ambulancier qui le transportait

Atteint d'un cancer, Christian Nayet a remarqué chez son conducteur les symptômes d'une crise cardiaque, et a pris le volant.

Christian Nayet a l'habitude de se faire soigner fréquemment pour son cancer de l'estomac. Mais cette fois, ce retraité de 60 ans a pu à son tour se rendre utile à la médecine, grâce à ses quelques compétences médicales.

Cet habitant de Berck se faisait conduire en ambulance à l'hôpital Huriez de Lille pour y passer un scanner. Mais son ambulancier Jean-François Pina ne lui semblait pas très en forme : "Au bout d’une heure, arrivé sur la rocade minière, je me suis rendu compte qu’il était agité et n’allait pas bien", a relaté le malade au quotidien régional. "Il disait qu’il avait des fourmis dans les doigts et je lui ai demandé si ça lui montait dans le bras. J’ai pensé à une crise cardiaque."

Ni une, ni deux, le patient a pris le volant : "Je lui ai dit :'Donne-moi tes clés, fais-moi confiance. Ma vie n’est pas en danger, mais la tienne, oui !'" Mais ce n'est pas tout : il a auparavant pris soin d'administrer à son patient improvisé des médicaments pour  "pour fluidifier le sang et pour stabiliser le rythme cardiaque", avant de se rendre "à toute vitesse à l’hôpital Schaffner de Lens où l’ambulancier est opéré en urgence et sauvé", explique La Voix du Nord.

Pourtant, le sauveur est lui-même bien mal en point : souffrant d’un cancer de l’estomac très avancé, il loge chez ses vieux parents, rue Michel-Malingre, à Berck. "C’était le scanner de la dernière chance. On m’a enlevé l’estomac mais le mal s’est propagé au foie. J’ai eu de la chimio, deux opérations et on ne me laisse plus vraiment d’espoir. Mes jours sont comptés mais le moral est intact", a-t-il raconté.

"Ca m’a permis, cette nuit-là, de dormir comme un enfant :je pensais que j’avais fait quelque chose de bien…",a conclu le héros du jour.

Lu sur La Voix du Nord

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !