Autriche : vers une main bionique aussi efficace qu'une main greffée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Vers une main bionique aussi efficace qu'une main greffée.
Vers une main bionique aussi efficace qu'une main greffée.
©Capture d'écran vidéo LCI

Miracle de la science

Autriche : vers une main bionique aussi efficace qu'une main greffée

L'équipe du professeur Oskar Azmann, de l'Université de Vienne, a réussi à recréer une transmission complète du signal neurologique jusqu'à la main bionique.

Une équipe autrichienne a réussi à mettre au point une main bionique commandée par le cerveau et aussi efficace qu'une main greffée. La revue médicale The Lancet, rapporte les cas de trois Autrichiens ayant bénéficié, entre avril 2011 et mai 2014, avec succès de cette technique, développée par le professeur Oskar Aszmann, de l'université de Vienne. Ces trois hommes avaient subi de graves accidents qui avaient endommagé leur plexus brachial, réseau de nerfs situé au niveau du cou et qui commande le mouvement des membres supérieurs. Ces blessures rompent définitivement le lien entre le réseau nerveux et les membres. Aussi, pour bénéficier d'une main bionique,  le patient doit d'abord accepter une amputation de sa propre main.

Selon le professeur Aszmann, la reconstruction bionique est plus sûre que la greffe de la main. En effet, cette dernière, pratiquée depuis 1997, nécessite la prise de médicaments immuno-suppresseurs très puissants, et parfois de ré-amputer le malade. "Dans le cas de la perte d'une seule main, je pense que la reconstruction bionique a plus de bénéfices, parce qu'elle n'a aucun effet secondaire et que la qualité de la fonction récupérée est presque aussi bonne qu'avec une greffe", explique-t-il. "Il n'y a pas de sensibilité, ce n'est pas de la chair et du sang, mais du plastique et des composants. Mais du point de vue fonctionnel, c'est comparable à la greffe".

Le progrès majeur de l'équipe d'Azmann est d'avoir réussi à recréer une transmission complète du signal neurologique jusqu'à la main bionique. Pour arriver à un tel résultat, le scientifique greffe dans les avants bras de ses patients des muscles prélevés dans leurs cuisses, puis des nerfs provenant d'une autre zone de la moelle épinière que le plexus brachial. Ces muscles envoient ensuite des impulsions électriques auxquelles réagit la main bionique grâce aux capteurs dont elle est équipée.

"La main est très loin du cerveau. Cela représente plus d'un mètre de régénération des nerfs. La seconde difficulté, c'est que la main elle-même a besoin d'un grand nombre de signaux envoyés par les nerfs pour faire ce qu'elle peut faire", explique le professeur Aszmann."Jusqu’à présent, la reconstruction bionique n’a été pratiquée que dans notre centre de Vienne. Néanmoins, il n’y a pas de limitations techniques ou chirurgicales qui empêcheraient la procédure de se faire dans des centres avec des ressources et une expertise similaire", ajoute-il.

Lu sur 20 minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !