Australie : 140 000 euros de dons pour un bébé trisomique abandonné et rendu à sa mère porteuse thaïlandaise | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Un bébé trisomique abandonné à sa mère porteuse
Un bébé trisomique abandonné à sa mère porteuse
©Reuters

GPA

Australie : 140 000 euros de dons pour un bébé trisomique abandonné et rendu à sa mère porteuse thaïlandaise

Le couple australien, qui souhaitait accueillir des jumeaux, a préféré garder l'enfant sain et rejeter son jumeau trisomique. Des dons du monde entier ont afflué pour le bébé ce dimanche.

L'histoire  suscite l'émoi sur la toile depuis 4 jours. En décembre dernier, une jeune femme de 21 ans, Pattaramon Chanbua, a donné naissance à deux jumeaux, Gammy et sa sœur, dans la province de Chonburi, au sud de Bangkok. La jeune femme était passée par l'intermédiaire d'une agence  pour être mère porteuse et amasser un chèque de 11 000 euros afin de payer ses dettes et de financer les études de ses deux enfants.

"On m'a demandé de porter l'enfant d'une famille qui ne pouvait pas en avoir", a-t-elle expliqué au journal thaïlandais Thairath. Quand le couple australien a appris que l'un des deux bébés était atteint de trisomie 21 et qu'il souffrait d'un grave problème cardiaque, les futurs parents ont décidé de n'adopter que la petite fille en bonne santé. Désormais, la mère porteuse assure vouloir élever le bébé handicapé comme son fils et dit "pardonner tout" au couple australien. Elle "espère qu'ils donneront de l'amour" à sa fillette.

Une collecte de fonds a ensuite été lancée sur internet pour Gammy. Plus de 190 000 dollars ont été récoltés depuis. En Australie, le recours à une mère porteuse dans le cadre d'un échange financier n'est pas légal. En revanche, les couples stériles peuvent faire appel à une mère porteuse s'ils payent les dépenses médicales liées à la grossesse. 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !