Au Japon, on va utiliser l'intelligence artificielle pour améliorer le taux de natalité | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Au Japon, on va utiliser l'intelligence artificielle pour améliorer le taux de natalité
©CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Bébé robot

Au Japon, on va utiliser l'intelligence artificielle pour améliorer le taux de natalité

L'année dernière, le nombre d'enfants nés au Japon est tombé en dessous des 865 000 soit un record.

Le pays du soleil levant doit agir, la nation a l'un des taux de natalité les plus bas au monde et la population vieillit de plus en plus. Ainsi, pour rajeunir sa population, le pays prévoit d'augmenter son taux de natalité en finançant des programmes de rencontres amoureuses dopés à l'intelligence artificielles. Les autorités du pays prévoient d'investir plus de deux milliards de yens (environ 16 millions d'euros) dans ces nouveaux projets afin de rétablir des liens entre les célibataires. Ainsi, l'IA va se baser sur des critères comme l'âge, les revenus, les hobbies ou bien même les valeurs de chaque individus pour qu'ils puissent s'entendre et se rencontrer. 

Un autre problème existe pour les familles, les analystes japonais soulignent depuis longtemps le manque de soutien du gouvernement pour les mères qui travaillent. Les femmes doivent faire tous les travaux ménagers et élever les enfants sans pour autant laisser tomber leur carrières. Un rapport sur l'égalité des sexes du Forum Économique Mondial a classé le Japon 121ème sur 153 pays, le pays a perdu 11 places par rapport à l'année précédente. 

Pour les dirigeants japonais, maintenir une main-d'oeuvre locale est une obligation afin de faire face aux coûts croissants de l'aide sociale. La population japonaise devrait passer d'un sommet de 128 millions en 2017 à moins de 53 millions d'ici la fin du siècle.

BBC

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !