Attentats à Charlie Hebdo : Booba explique qu'ils ont joué avec le feu et se sont brûlés | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Attentats à Charlie Hebdo : Booba explique qu'ils ont joué avec le feu et se sont brûlés
©Capture d'écran

Promo et/ou provoc ?

Attentats à Charlie Hebdo : Booba explique qu'ils ont joué avec le feu et se sont brûlés

Le rappeur français sort son nouvel album DUC dans lequel une chanson évoque les attentats à Charlie Hebdo. Ce lundi, il est revenu sur ce titre dans Le Parisien.

Le rappeur français Booba sort son nouvel album DUC, ce lundi. Il en a profité pour réagir à une phrase beaucoup commentée ces derniers jour sur les réseaux sociaux. Dans une de ses chansons, intitulée "Les Meilleurs",  en effet, il revient sur les attentats de janvier 2015 à la rédaction de l'hebdoomadire Charlie Hebdo et dit ceci : "Ai-je une gueule à m’appeler Charlie? Réponds-moi franchement. T’as mal parlé, tu t’es fait plomber. C’est ça la rue, c’est ça les tranchées."

Interviewé par Le Parisien dans le cadre de sa promotion, Booba s'est donc expliqué : "J'ai été étonné que ça ne ce soit pas passé avant, parce que c'était pas la première fois qu'ils avaient fait des représentations du prophète etc. Quand j'ai vu ça, je me suis dit: 'Ah, ça va peut-être pas leur [les terroristes] plaire'. Mais après que dire? Moi je ne suis que spectateur".

Et de conclure avec ces mots : "Ils savent à qui ils ont à faire les mecs. Ils s'attaquent à l'islam, ils savent très bien qu'il y a un courant extrémiste, ils savent très bien comment les mecs fonctionnent, ils ont pris le risque de continuer à les attaquer, quand on joue avec le feu on se brûle", poursuit-il.

Evidemment, la provocation fait partie du fond de commerce de Booba et il profite de cet événement commercial pour conforter son image de "bad boy".

 

Voici l'interview qu'il a accordé au Parisien :

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !