Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture

Crayon

Attentat de Nice : l'hommage en dessins

Des cœurs et des symboles "bleu-blanc-rouge", qui se multiplient dès le lendemain du meurtre de masse terroriste qui a tué 84 personnes sur la promenade des Anglais à Nice le 14 juillet.

Même s'ils sont inoffensifs, les dessins sont toujours là comme une forme d'expression, entre tristesse et colère, et comme autant de bouquets de fleurs ou de mots à l'attention des victimes et du public.

"Pas de mots pour cette folie" déclare cette utilisatrice algéro-néerlandaise, pour qui une image vat plus que 1.000 paroles.

Ce dessin d'une "lectrice du monde", largement repris sur les réseaux sociaux.

"J'aurais bien des mots, je doute qu'ils soient utiles au débat. Alors je poste une image, mieux, un dessin.", indique cet autre utilisateur de Twitter.

Des dessins de professionnels, ou d'amateurs, réalisés "au réveil", le lendemain du massacre :

L'hommage de Plantu :

De Louison :

Du créateur de mode Jean-Charles de Castelbajac :

A l'international, de la dessinatrice de presse anglophone franco-libanaise "Swaha" :

 

 

De Guy Badeaux, dessinateur québécois :

Du Limougeaud "Bidu" :

Du dessinateur Néerlandais Ruben L. Oppenheimer, qui déclare : "Je ne prie pas. Je ne fais pas #PrayForNice, #JeNeSuisPas. Je fais des dessins et me sens impuissant. Encore et encore."

L'auteur et dessinatrice Française de livres pour la jeunesse Soledad Bravi :

Le québecois Ygrek :

 

 

Ace', dessinateur pour L'Express :

Lire aussi : Attentat de Nice : les artistes des festivals d'été rendent leur hommage

Lu sur Mashable avec France 24

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !