Assistante maternelle : condamnée à cause d'enfants trop bruyants | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Assistante maternelle : condamnée à cause d'enfants trop bruyants
©

Tapage

Assistante maternelle : condamnée à cause d'enfants trop bruyants

Une nourrice a été condamnée à verser 600 euros de dommages et intérêts pour "trouble anormal" du voisinage. Les enfants, dont elle avait la garde, étaient jugés trop bruyants.

Elle est ressortie estomaquée. Une assistante maternelle a été condamnée à 600 euros de dommages et intérêts pour trouble anormal de voisinage et 150 euros de frais de procédure par le tribunal correctionnel, dans le Calvados. Cette nourrice, dont le nom est Catherine Acloque, exerce son métier depuis 1996 et devait répondre d'une plainte d'un … cabinet d'avocats au mois de juin dernier. Ce dernier, situé sous son logement, n'aurait plus supporté le bruit fait par les enfants dont elle avait la garde.

Le nounou, qui s'occupait de trois enfants, a expliqué sur RTL : " chez moi, il y a de la moquette et par dessus de gros tapis épais. A moins de leur couper les pieds et puis de leur mettre un bâillon sur la bouche, c'est tout ce qu'il reste à faire... ". Aujourd'hui, elle avoue avoir peur d'être à nouveau poursuivie par ses voisins et envisagerait d'arrêter son métier d'assistante maternelle. Sur Ouest France, elle déclare hésiter " à reprendre des enfants". "C'est mon métier, mais je ne peux plus l’exercer. Actuellement, j’ai un manque à gagner ", se plaint-elle.

Catherine Acloque ne s'occupe plus que d'un petit garçon de 14 mois. Mais le cabinet d'avocats continue de lui mettre la pression. "Jamais je n’aurais pensé que l’on pouvait condamner quelqu’un parce que des enfants s’amusent", a-t-elle conclu.

Lu sur Europe1.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !