Amy Winehouse était (presque) maman | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Amy Winehouse 
était (presque) maman
©

Info ou (dés)intox ?

Amy Winehouse était (presque) maman

La chanteuse britannique était sur le point d'adopter Dannika, une fillette de 10 ans rencontrée sur l'île de Sainte-Lucie.

"Amy était déjà ma mère. Je voulais l'appeler maman et elle voulait m'appeler sa fille."

Ces paroles rapportées par le Mirror sont celles de Dannika, une fillette de dix ans vivant sur l'île de Sainte-Lucie, au sud de la Martinique. Selon le tabloïd britannique, la chanteuse Amy Winehouse aurait noué des liens très forts avec Dannika et sa mère au cours de ses fréquents séjours sur l'île paradisiaque, et aurait décidé d'adopter la jeune fille pour la sortir de la pauvreté.

"Elle a pris soin de moi, et nous nous sommes amusées ensemble", poursuit la jeune fille, effondrée. "Je l'aimais, elle m'aimait. Elle était la personne la plus incroyable que j'aie rencontrée. J'étais impatiente de vivre avec elle, ici ou à Londres. Je ne peux pas croire qu'elle soit disparue. C'est la pire chose qui me soit jamais arrivée."

Toujours selon le Mirror, Amy Winehouse avait prévu de se rendre à Sainte-Lucie quelques jours après le 23 juillet, date à laquelle elle a été retrouvée morte dans son domicile londonien. Elle avait même déjà engagé des avocats. "Amy voulait tellement un enfant", explique Majorie, la grand-mère de Dannika. "Si elle n'était pas morte, aucun doute qu'elle serait ici pour finaliser le processus d'adoption. Elle ne se serait jamais fait tout ce mal si Dannika avait été près d'elle."

"A Sainte-Lucie, ajoute-t-elle, elle était une bien meilleure personne que ce que les gens pensaient en Grande-Bretagne. Elle ne prenait pas de drogues, ici. Je ne me suis jamais inquiétée de la laisser avec Dannika."

Bien évidemment, le processus d'adoption a été interrompu après l'annonce de la mort de la chanteuse.

Lu sur Mirror

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !