Alpes : une louve abattue dans le massif des Monges pour protéger les troupeaux | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Alpes : une louve abattue dans le massif des Monges pour protéger les troupeaux
©

Vie sauvage

Alpes : une louve abattue dans le massif des Monges pour protéger les troupeaux

Cette femelle adulte d'environ 25 kg est le quatrième loup a être «prélevé» en France en 2012.

C'est un "tir de prélèvement" qui a eu lieu ce vendredi à Esparron-la-Bâtie. Il avait été ordonné dans un arrêté de prélèvement émis par le Préfet des Alpes-de-Haute-Provence afin de protéger les troupeaux domestiques de la région.

Cette femelle adulte d'environ 25 kg est le quatrième loup a être «prélevé» en France en 2012, a précisé la préfecture des Alpes-de-Haute-Provence dans un communiqué.

Selon la préfecture, «les troupeaux d’ovins sur les pâturages de ce massif ont subi en 2012 près de 20 attaques ayant entraîné la mort ou la blessure de 142 animaux, ce qui représente le doublement du nombre de victimes par rapport à la même date en 2011», a-t-elle affirmé samedi.

Le massif des Monges est en effet très touché par la prédation, bien que les pertes d'animaux domestiques soient en diminution sur le département. Au 21 août, 88 attaques pour 372 victimes avaient été recensées depuis le début de l’année, contre 90 attaques pour 458 victimes sur la même période en 2011.

L'association FERUS, qui a pour objectif de "favoriser la réussite du retour naturel du loup là où les conditions sont favorables", a réagi. Pour l'association, "abattre un loup de plus ne résoudra en rien la problématique. Bien au contraire, si l'animal tué est un dominant, ce qui est à craindre. En effet, si la louve tuée est la louve dominante, les problèmes de ce secteur seront probablement encore exacerbés".

Lu sur TF1 News

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !