Allemagne : des malfaiteurs empochent 10 millions d'euros au casino grâce à une faille informatique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Allemagne : des malfaiteurs empochent 10 millions d'euros au casino grâce à une faille informatique
©Reuters

Belle boulette

Allemagne : des malfaiteurs empochent 10 millions d'euros au casino grâce à une faille informatique

Une combinaison de touches au jeu de la roulette permettait de remporter le gros lot à coup sûr. Un groupe "parfaitement organisé" a profité du bug.

Nul besoin d'être un grand génie pour réussir un casse au casino, il suffit juste de savoir saisir les opportunités quand elles se présentent. En février dernier, un bug informatique touchant 100 000 machines a permis à un groupe "parfaitement organisé" de se répartir près de 10 millions d'euros dans des casinos allemands, a révélé le journal Der Spiegel. La société allemande Paul Gauselmann, qui a fabriqué les machines, est pointée du doigt. En effet, elle aurait eu connaissance du problème quelques jours avant mais n'aurait pas eu le temps de le résoudre. 

Une combinaison de touches au jeu de la roulette permettait donc de remporter le gros lot, quel que soit le résultat du tirage. On ignore encore comment les malfaiteurs ont eu connaissance de cette faillequi était "impossible à déceler, même avec des programmes de simulation avancée", selon la société Gauselmann. Selon la police, un collaborateur du fabricant aurait pu révéler la combine.

Certains casinos se plaignent d'une perte de 100 000 euros. L'opération va coûter cher au fabricant. Car l'affaire résultant d'une faille dans le programme informatique des machines et non d'un piratage, les "casseurs" ne devraient pas embêtés outre mesure. 

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !