Agression de Kim Kardashian : que va devenir la fameuse bague à 4 millions d'euros ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Agression de Kim Kardashian : que va devenir la fameuse bague à 4 millions d'euros ?
©Reuters

Qui la veut ?

Agression de Kim Kardashian : que va devenir la fameuse bague à 4 millions d'euros ?

Libération raconte comment les voleurs parviennent à écouler les bijoux uniques, sans être repérés.

"Vends bijou, forte valeur sentimentale…" Mais que vont devenir les bijoux de Kim Kardashian, agressée et volée à Paris, ce lundi ? Après tout, comme les tableaux dérobés, il parait impensable de les revendre tranquillement à la vue de tous. La fameuse bague que la starlette affichait avec fierté sur Instagram et dont la valeur atteindrait les 4 millions d'euros n'est pas prête de refaire surface. Ou du moins, elle aura bien changé…

Comme le raconte Libération, un tel diamant doit être transformé pour être revendu de façon discrète. Mais pas n'importe où puisqu'un diamantaire classique se posera forcément des questions, tant il est rare de retailler des bijoux en très bon état. Selon Jacques Morel, référent en sécurité de l’Union française de la Bijouterie, Joaillerie, Orfèvrerie, des Pierres et Perles (UFBJOP) contacté par Libération, la plupart des bijoux volés en France quittent le territoire direction "des pays comme l’Inde, les Pays-Bas ou Israël, hauts lieux de négoces de pierres précieuses." Il faut un excellent réseau pour trouver un acheteur qui transformera la pierre. Dans tous les cas, la valeur de revente sera inférieure à celle du butin, pour les malfaiteurs. Ces derniers ont intérêt à être très organisés car, dans ce marché, la moindre erreur les emmènera en prison. 

Lu sur Libération

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !