Offrez-vous un village pour 330 000 euros ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Malgré les différentes tentatives, le hameau n'a jamais pu être développé. (Ceci n'est pas la vue du vrai village)
Malgré les différentes tentatives, le hameau n'a jamais pu être développé. (Ceci n'est pas la vue du vrai village)
©Flickr / jean-louis zimmerman

Home sweet home

Offrez-vous un village pour 330 000 euros !

La petite bourgade de Courbefy compte 19 bâtiments et plusieurs installations sportives dont un terrain de tennis et une piscine. En revanche, quelques travaux de rénovation sont à prévoir.

Vous envisagez d’investir dans de la pierre ? Soyez fous… plutôt que d’acheter un vulgaire appartement, offrez-vous un village entier ! Le hameau de Courbefy sur la commune de Bussière-Galant dans la Haute-Vienne (à une quarantaine de kilomètres de Limoges) cherche justement acquéreur. Son prix ? 330 000 euros. La petite bourgade compte tout de même 19 bâtiments, plusieurs installations sportives dont un terrain de tennis et une piscine, ainsi que des box à chevaux. En revanche, quelques travaux de rénovation sont à prévoir.

Dès les années 70, les habitants de Courbefy se sont dispersés jusqu’à laisser le hameau vide. Il fût ensuite transformé en une sorte de village vacances, accueillant touristes et colonies d’enfants. Les derniers propriétaires, un couple du Gers, avaient tenté de développer un complexe hôtel-restaurant, en vain. C’était dans les années 90… Depuis, la végétation a envahi les prés et les jardins. Plus aucune âme n’y a mis les pieds, mise à part quelques squatteurs et fêtards.

Malgré une mise en vente aux enchères, lundi dernier, par le tribunal de Limoges, le village n’a pas encore trouvé acheteur. La communauté de communes des Monts de Châlus, dont il dépend, se serait bien laissé tenter… Malheureusement, "il faut être objectif, nos petites communes n'ont par les moyens de se lancer dans un tel projet de réhabilitation qui coûterait au moins aussi cher que le rachat du hameau", a regretté Bernard Guilhem, maire délégué de Saint-Nicolas-Courbefy, interrogé par Europe 1. Si, dans dix jours, personne n’a fait de proposition d’achat, Courbefy restera définitivement propriété du Crédit Agricole.

Lu sur Réponse à tout

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !