Le groupe ABBA portait des tenues ridicules... pour payer moins d'impôts | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Le groupe ABBA portait des tenues ridicules... pour payer moins d'impôts
©

Mamma mia !

Le groupe ABBA portait des tenues ridicules... pour payer moins d'impôts

C'est la surprenante révélation faite par l'un des membres du mythique quatuor, Björn Ulvaeus. Explications.

Il a au moins le mérite de la franchise : "Pour être honnête, on avait l'air d'une bande de cinglés pendant ces années-là. Personne ne peut avoir été aussi mal habillé sur scène que nous". Björn Ulvaeus, membre du mythique groupe ABBA, reconnaît que les tenues criardes et pailletées des icônes disco étaient... douloureuses pour les yeux. Mais pourquoi ont-ils infligé cela à leurs fans ?

La raison est simple et surprenante : pour payer moins d'impôts ! Dans un livre publié à l'occasion des 40 ans de la victoire du groupe à l'Eurovision avec "Waterloo" (le 6 avril 1974), "ABBA: The Official Photo Book", Ulvaeus explique en effet qu'ABBA servait à faire de l'optimisation fiscale grâce à des lois suédoises qui permettaient de déduire des impôts le coût des tenues... parce que ces dernières ne pouvaient être portées au quotidien. Björn Ulvaeus a d'ailleurs eu des ennuis à ce sujet avec le fisc suédois, des années plus tard, mais il a finalement été relaxé en 2007.

>> A lire : Musée ABBA : retour sur le top 10 du groupe roi des années 70

A noter que cette étonnante législation suédoise n'a depuis guère évolué, note le site The Local. L'administration fiscale suédoise avait ainsi rattrapé au vol la romancière Camilla Läckberg qui avait voulu faire, de la même manière, de l'optimisation fiscale avec des tenues Zara ou Karen Millen. "Il faut que ce soient des vêtements fantaisistes, purement des costumes de scènes, ou des vêtements avec le logo ou le nom de l'employeur ou d'autres attributs", avait tonné le fisc à l'encontre de l'écrivaine pour refuser sa requête.

Vu sur le Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !