Victor Blackwell répond à Donald Trump après ses propos sur Baltimore | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Crédits Photo: capture d'écran Youtube / Huffington Post / CNN

Larmes de colère

Victor Blackwell répond à Donald Trump après ses propos sur Baltimore

Après les déclarations de Donald Trump sur Baltimore, un présentateur de CNN, Victor Blackwell a tenu à défendre cette ville et les habitants. 

Le journaliste de CNN, originaire de la ville, a été particulièrement touché par la violence des propos de Donald Trump sur Baltimore. Victor Blackwell a grandi dans cette ville. 

Ce discours sur CNN a été vu plus d'un million de fois. Le journaliste a fondu en larmes à la fin de son intervention. 

Donald Trump a fortement critiqué Elijah Cummings, élu démocrate du Maryland à la Chambre des représentants, sur les problèmes de sa circonscription de Baltimore. Donald Trump a qualifié la ville de "dégoûtante et infestée par la vermine" où "aucun humain ne veut vivre". 

Le présentateur de CNN, Victor Blackwell, a donc tenu à répondre au président américain. Le journaliste était très ému : 

"Le président dit à propos du district de cet élu que "aucun humain ne veut vivre là". Vous savez qui a vécu là monsieur le président ? Moi. Du jour où l’on m’a ramené de l’hôpital au jour où je suis parti à l’université. Et beaucoup de gens auxquels je tiens y habitent toujours. Il y a des choses à améliorer, c’est sûr. Mais les gens sont fiers de leur communauté. [...] Les gens se réveillent et vont travailler là-bas, ils s’occupent de leur famille et aiment leurs enfants qui ont prêté allégeance au drapeau américain... Tout comme les gens qui habitent dans des districts d’élus qui vous soutiennent monsieur. Ils sont Américains aussi".

Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !