Un avion de chasse a escorté un vol EasyJet après une fausse alerte à la bombe | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Crédits Photo: capture d'écran Huffington Post / YouTube / Twitter
Un vol EasyJet rejoignant l’île espagnole de Minorque, dans les Baléares, en provenance de Londres a été escorté par un avion de chasse de l’armée espagnole.

Frayeur dans les airs

Un avion de chasse a escorté un vol EasyJet après une fausse alerte à la bombe

Un vol EasyJet rejoignant l’île espagnole de Minorque, dans les Baléares, en provenance de Londres a été escorté par un avion de chasse de l’armée espagnole. Un jeune homme de 18 ans avait publié une mauvaise blague sur les réseaux sociaux, déclenchant une alerte à la bombe.

Suite à une alerte à la bombe, un chasseur F-18 a rejoint l’avion A-319 d’EasyJet dans le ciel ce dimanche. L’avion de chasse s’est positionné aux côtés de l’avion de ligne pour entamer l’escorte jusqu’à un lieu sécurisé, selon des informations du Huffington Post

Sur la vidéo prise à travers le hublot de l’Airbus A-319 on peut notamment voir le jet agiter ses ailes. 

Il s’agit en réalité d’une manœuvre bien connue dans l’aviation pour indiquer que l’autre pilote doit le suivre.  

Le vol EasyJet EZY8303 qui avait décollé de l’aéroport de Londres Gatwick à 13 heures a pu atterrir en toute sécurité à Minorque, avec une demi-heure de retard. L’avion de la compagnie aérienne a ensuite été escorté vers une zone de sécurité. 

C’est dans cette zone que le garçon qui avait lancé la fausse alerte a été arrêté. L’homme de 18 ans, qui voyageait en compagnie de cinq amis, a passé la nuit en prison. Un porte-parole de la garde civile espagnole a indiqué à Reuters que le suspect était en attente d’une audience au tribunal.

Durant deux heures, les passagers ont été débarqués de l’avion un par un. Leurs bagages ont tous été contrôlés par des démineurs et des chiens renifleurs, comme le rapporte la garde civile à Reuters.

Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !