Tunisie : naufrage d'un pétrolier avec 750 tonnes de gazole | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Environnement
Crédits Photo: AFP
La ministre tunisienne de l'Environnement Leila Chikhaoui visite le port du sud-est du golfe de Gabès, après qu'un pétrolier ait coulé au large des côtes, le 16 avril 2022.

Golfe de Gabès

Tunisie : naufrage d'un pétrolier avec 750 tonnes de gazole

Un pétrolier transportant 750 tonnes de gazole a fait naufrage le samedi 16 avril sur la côte tunisienne. Parti d’Egypte, le pétrolier Xelo se dirigeait vers l'île de Malte.

Face à de mauvaises conditions météorologiques, un pétrolier a tenté de se réfugier dans le golfe de Gabès. L’embarcation a commencé à prendre l'eau à 7 km des côtes tunisiennes. Les autorités sont optimistes quant aux risques de pollution. Ce pétrolier a coulé au Sud-Est de la Tunisie, avec 750 tonnes de gazole à son bord.

Des barrages flottants ont été déployés par les autorités tunisiennes après le naufrage d'un pétrolier.

La catastrophe écologique redoutée est évitée pour l'instant. Les plongeurs qui ont inspecté la coque du pétrolier coulé samedi 16 avril près de la Tunisie, avec 750 tonnes de gazole à son bord, n'ont détecté « aucune fuite », a assuré le ministère de l'Environnement tunisien, dimanche.

Le navire, qui a sombré dans le golfe de Gabès, au sud-est du pays, « a coulé à près de 20 mètres de fond, en position horizontale, et ne présente pas de fissures », selon les autorités. Le ministère a précisé que lors du sauvetage, les secouristes « se sont assurés de fermer les cales pour éviter des fuites de gazole et les plongeurs ont constaté qu'elles sont intactes ».

Le parquet de Gabès a ouvert une enquête pour déterminer les causes de l'accident. Des médias locaux ont rappelé la proximité du golfe de Gabès avec la Libye, important pays producteur de pétrole, dont les côtes ont été le théâtre de trafics d'hydrocarbures ces dernières années.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !