The Program, le film de Stephen Frears sur Lance Armstrong : la nouvelle bande annonce dévoilée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts

Du héros au tricheur

The Program, le film de Stephen Frears sur Lance Armstrong : la nouvelle bande annonce dévoilée

Le film raconte donc l'ascension, puis la chute du célèbre cycliste américain, mythe vivant pour certains, tricheur et traître pour d'autres. Comment celui qui a vaincu un cancer des testicules, devient le "Boss".

Un héros déchu. Lance Armstrong avait établi un record : il a remporté sept Tour de France, mais il a été rattappé par la patrouille. Oui, l'Amériacin a triché. Ses performances ont longtemps été mises en doute, mais jamais le cycliste n'a pas été contrôlé positif, et donc était passé entre les mailles des filets. Le réalisateur Stephen Frears signe The Program, qui sort en salles mercredi, une véritable plongée au coeur des pratiques de dopage, notamment l'utilisation de l'EPO, des pelotons de l'époque.

Le film raconte donc l'ascension, puis la chute du célèbre cycliste américain, mythe vivant pour certains, tricheur et traître pour d'autres. Comment celui qui a vaincu un cancer des testicules, devient le "Boss". Le, scénario, une adaptation du livre de David Walsh Seven Deadly Sins: My Pursuit of Lance Armstrong, paru fin 2012, raconte aussi comme l'équipe du champion, l'US Postal, a mis en place un "programme" concocté par le médecin Michele Ferari, joué par le Français Guillaume Canet.

L'acteur Ben Foster incarne Lance Armstrong, le leader d'une équipe qui fait régner l'ordre et le silence. Et nie être dopé, avec la complaisance de l'Union cycliste internationale. Mais, en janvier 2013, il finit par avouer ce que tout le monde sait et se voit retirer tous ses titres du Tour de France.

La nouvelle bande-annonce mise en ligne ce matin est riche en émotions, tant elle pénètre au cœur du système qui a fait de ce coureur une machine à gagner déshumanisée, et dont l'une des phrases récurentes a été: "Je n'ai jamais été contrôlé positif". A force de se le répéter, il a dû sans aucun doute y croire lui-même, c'est ce qui ressort de ces images.

Autre personnage principal, le journaliste irlandais du Sunday Times dont les révélations ont, à partir de 2004, précipité la chute de Lance Armstrong. L'acteur irlandais Chris O'Dowd l'interprète àn merveille. On retrouve aussi son coéquipier et compatriote, Floyd Landis, repenti qui, par ses révélations, sonnera la fin d'Armstrong.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !