Stade 2 : un homme interrompt l'émission en évoquant le "génocide" en Syrie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: Capture d'écran

Perturbations en direct

Stade 2 : un homme interrompt l'émission en évoquant le "génocide" en Syrie

L'homme a brandi une petite pancarte verte, dont le message était impossible à déchiffrer à l'écran.

Le conflit syrien est omniprésent médiatiquement. Il s'invite même, parfois, dans des endroits insolites. Ainsi, ce dimanche, il a été évoqué de manière impromptue sur le plateau de l’émission Stade 2 sur France Télévision. En effet, alors que le présentateur Laurent Luyat évoquait la question des droits de l'homme aux Jeux olympiques de Sotchi (Russie), il a été interrompu par un homme le rejoignant sur le plateau, le visage en partie dissimulé par une casquette. L'individu a alors sorti une petite pancarte verte. Pour autant son message était impossible à lire à l'écran. Il n'a pas réussi à s'approcher des micros et seuls quelques mots "Syrie" et "génocide" étaient audibles.

Laurent Luyat a alors lancé une séquence enregistrée. Il a ensuite expliqué que l'homme était "pacifique", mais que, "même s'il avait les meilleures raisons du monde", le plateau de l'émission sportive n'était "pas le lieu" adéquat pour s'exprimer sur ce sujet. L'homme, qui était dans le public, "nous a expliqué que sa famille avait été massacrée et qu'il voulait s'exprimer sur la situation en Syrie", a précisé Jean-François Laville, le rédacteur en chef de Stade 2. "Nous avons discuté avec lui et ça s'est très bien passé. Il était visiblement ému et s'est excusé de son arrivée intempestive. Il est ensuite reparti tranquillement", a indiqué Jean-François Laville. Il ne sera pas poursuivi pour cette interruption.

Lu sur Le Point.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !