Sri Lanka : les églises sont restées fermées ce dimanche pour des raisons de sécurité | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts

Religion

Sri Lanka : les églises sont restées fermées ce dimanche pour des raisons de sécurité

Après les attaques coordonnées survenues le dimanche de Pâques, toutes les églises de la ville de Colombo sont restées vides ce week-end. Les édifices religieux avaient été fermés pour des raisons de sécurité. Les autorités n'ont voulu prendre aucun risque après les attentats. 

Selon un nouveau bilan, 253 personnes ont été tuées dans ces attaques. 

La rédaction d'Euronews a précisé que la messe de dimanche s'est déroulée au sein de la chapelle de la résidence de l'archevêque de Colombo, en privé. Cette cérémonie s'est déroulée en présence du président et du premier ministre. Elle a été diffusée en direct à la télévision.

Lors de cette cérémonie religieuse, l'archevêque de Colombo (le cardinal Malcolm Ranjith) a dénoncé les attentats comme une "insulte à l'humanité". Il a également appelé à la paix et à l'unité. L'archevêque a demandé aux fidèles de faire preuve de bonté les uns envers les autres en signe de respect pour toutes les victimes de ces attentats. 

Les écoles resteront fermées pendant encore une semaine. Des soldats ont été déployés dans les rues, devant les mosquées et les églises.

Les autorités ont imputé la responsabilité du massacre à un groupe islamiste local affilié à l'organisation Etat islamique, qui a officiellement revendiqué l'attaque. Les individus suspectés d'être impliqués sont traqués et une centaine de personnes ont déjà été interpellées. Un assaut a été donné vendredi dernier notamment. Selon les autorités, 15 personnes sont mortes au cours de cet assaut, parmi lesquelles le père et deux frères du cerveau de l'attentat de dimanche dernier.

Le président sri-lankais Maithripala Sirisena a également annoncé ce dimanche l’interdiction des voiles islamiques couvrant le visage, le niqab, au nom de la "sécurité nationale".

Euronews

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !