Affaire Bettencourt : Copé est "solidaire de la liberté d'expression" de Guaino | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: Capture d'écran

On serre les coudes

Affaire Bettencourt : Copé est "solidaire de la liberté d'expression" de Guaino

Jean-François Copé a apporté dimanche matin son soutien à Henri Guaino, qui pourrait faire l'objet d'une plainte pour avoir trop vertement critiqué le juge Gentil après la mise en examen Nicolas Sarkozy.

Jean-François Copé est "solidaire de la liberté d'expression d'Henri Guaino", qui a accusé le juge ayant mis en examen Nicolas Sarkozy d'avoir "déshonoré la justice". C'est ce que le président de l'UMP a déclaré ce dimanche matin, invité du "Grand rendez vous" Europe 1/Itélé/Le Parisien. "S'il advenait qu'Henri Guaino fasse l'objet d'une procédure pour ce qu'il a dit, je serais solidaire de lui", a-t-il déclaré. "Je n'ai pas tenu les propos d'Henri Guaino mais je peux vous dire qu'en tant que président de l'UMP, je suis solidaire de sa liberté d'expression." Et d'ajouter : "Je considère qu'à partir du moment où des magistrats s'expriment dans une tribune dans la presse, c'est d'ailleurs leur droit, ils ne peuvent pas dans le même temps interdire à des responsables politiques de s'exprimer à leur tour".

L'avocat du juge Gentil a annoncé samedi l'intention de ce dernier de porter plainte contre Henri Guaino, député UMP et ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, en raison de ces propos.


Vu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !