Roland-Garros : l'exploit de Tsonga face à Federer | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: REUTERS/Nir Elias

Héroïque

Roland-Garros : l'exploit de Tsonga face à Federer

Le numéro un français s'est hissé pour la première fois en demi-finale avec un succès impressionnant sur Roger Federer 7-5, 6-3, 6-3 mardi.

Plus rien n'arrête Jo-Wilfried Tsonga à Roland-Garros. Les espoirs les plus fous s'emparent désormais du public français.Yannick Noah tient-il son successeur ? Si répondre par l'affirmative est un peu précipité, le match livré mardi par le numéro un français permet l'optimisme. En effet, il s'est hissé pour la première fois en demi-finale au terme d'un match magnifique face à Roger Federer (7-5, 6-3, 6-3). Mais pour mettre fin à trente ans de disette française en Grand Chelem, il lui faudra d'abord battre vendredi l'Espagnol David Ferrer, N.4 mondial, en demi-finales. Et ensuite viser peut-être un nouvel exploit contre un champion comme Rafael Nadal ou Novak Djokovic, les seuls autres joueurs depuis 2004 à avoir battu Federer en trois sets dans un majeur.

Mais la manière dont Tsonga a maîtrisé son sujet face à Federer, même en petite forme, ouvre de belles perspectives que sa première réaction ne font que renforcer. "Là j'ai envie de crier, de sauter partout, d'aller embrasser ma famille. Mais il faut que je reste concentré", a dit Tsonga quelques minutes après son exploit, déjà tourné vers l'avenir. Il venait pourtant de renverser le plus grand de tous avec Federer, même si celui-ci a été l'ombre du joueur qui a remporté 17 titres du Grand Chelem sous les yeux d'un public partagé et presque gêné devant tant d'erreurs.

Mené 4-2 au premier set, Tsonga a complètement mis la main sur le match pour infliger au Suisse sa défaite en Grand Chelem la plus lourde, en termes de jeux encaissés, depuis sa finale perdue 6-1, 6-3, 6-0 face à Nadal en 2008. "Je suis déçu de la manière dont j'ai joué", a affirmé Federer qui n'a toujours pas gagné un titre cette année, une première depuis sa prise de pouvoir en 2003. "Il a été meilleur que moi dans tous les compartiments du jeu, il m'a impressionné. S'il continue à jouer un tennis offensif et avec l'appui du public, il peut y croire", au titre, a ajouté le Suisse, ajoutant cependant que l'occasion était "belle aussi pour David Ferrer". A Jo de jouer.

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !