On n'est pas couché : Barbara Pompili assure qu'il y a "des choses écœurantes" dans la vie politique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: Capture d'écran France 2
Barbara Pompili.

Confession

On n'est pas couché : Barbara Pompili assure qu'il y a "des choses écœurantes" dans la vie politique

La député et présidente du Groupe écologiste à l'Assemblée nationale était l'invitée de l'émission de Laurent Ruquier.

Comme chaque samedi, Laurent Ruquier et ses chroniqueurs, Léa Salamé et Aymeric Caron, reçoivent un invité politique. Ce samedi, c'était au tour de Barbarra Pompile, député et présidente en alternance avec François de Rugy du Groupe écologiste à l'Assemblée nationale. C'est d'ailleurs par cette originalité de ce groupe parlementaire que l'interview a débuté. "Il y a une valeur très importante chez les écologistes, c'est la parité et nous avons la volonté de montrer qu'on n'est pas tous derrière un chef", explique Barbara Pompili, qui dénonce le blocage de ce système par le Conseil constitutionnel.

Racontant son enfance dans la région des bassins miniers du Nord, la députée écologiste assure que la gestion de ces fermetures l'a dégoûtée de la politique. "Au départ je n'étais pas branchée pour faire de la politique, confie-t-elle. Et c'est parce que j'étais dégoûtée par cette politique qu'il fallait que j'en fasse pour ne pas laisser la politique à ces gens-là". Interrogée par Léa Salamé sur la façon dont elle considère aujourd'hui la politique, Barbara Pompili, assure qu'"il y dans le monde politique aujourd'hui il y a encore beaucoup de choses très écœurantes".

Accusée d'être "une professionnelle de la politique" par Aymeric Caron, Barbara Pompili se défend "d'avoir un métier", elle qui est assistante parlementaire à l'origine. "C'est un métier qui demande une technicité", renchérit la député écologiste.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !