"Toutes les nuits, je rêve d'une autre récession" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie

Avis de tempête

"Toutes les nuits, je rêve d'une autre récession"

Invité par la BBC, un trader s'exprime en toute franchise : les plans de sauvetage ne marcheront pas. Manuel de survie en temps de crise.

"Les marchés sont dirigés par la peur". Alessio Rastani, lui, n'a pas vraiment peur : tout va bien pour lui, et il ne se gêne pas pour le dire.

"Les fonds d'investissement savent que le marché est fini. L'euro, ils ne s'en préoccupent pas." La présentatrice de la BBC est, elle, un peu plus préoccupée. "Qu'est ce qui rendraient les investisseurs confiants ?", demande-t-elle. La question est pleine de bon sens, mais elle amuse le trader londonien. "La plupart des traders ne s'occupent pas vraiment de la manière dont on va régler la situation économique. Notre boulot, c'est d'en tirer de l'argent. Personnellement, cela fait trois ans que je rêve de ce moment. J'ai un aveux à vous faire : toutes les nuits, je rêve d'une autre récession."

Pourquoi ce trader est-il si confiant ? Parce que, comme durant les années 1930, il sait que la crise c'est d'abord "une opportunité".  "Certaines personnes se sont fait beaucoup d'argent grâce au krach. Et je pense que tout le monde peut y arriver." Une opportunité que personne n'avait considérée dans les bureaux de la BBC : "Si vous pouviez voir autour de moi, les mâchoires sont tombées toutes en même temps... On apprécie votre franchise, mais ça n'aide pas le reste de la zone euro."

Heureusement, Alessio Rastani n'est pas avare de bons conseils. "Je veux aider les gens", précise-t-il. "La première chose à faire, c'est de protéger vos actifs. Parce que dans moins de douze mois, l'épargne de millions de gens va disparaître." Pour un peu, il annoncerait presque la fin du monde.  "Ce n'est que le début. Soyez prêt, et agissez maintenant." En substance, ne comptez pas trop sur votre gouvernement pour vous sortir de là. "Ce ne sont pas les gouvernements qui dirigent le monde, c'est Goldman Sachs. Et Goldmann Sachs ne se soucie pas du plan de sauvetage."

Vu sur Challenges.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !