Nouvelle-Zélande : la dernière campagne de prévention routière fait sensation | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: Capture écran

Choc

Nouvelle-Zélande : la dernière campagne de prévention routière fait sensation

On y voit deux futurs accidentés de la route dialoguer et expliquer leurs erreurs, le tout sans violence.

Selon les derniers chiffres communiqués par la Sécurité routière, le nombre de morts sur les routes a reculé de 15% en novembre. Ce sont, en tout, 248 personnes qui ont perdu la vie au cours du mois écoulé, contre 292 en novembre 2012. Le nombre de blessés a, lui aussi, diminué de 4,1% (6 153 contre 6 419, il y a un an). Idem pour les accidents corporels (-3,6% ; 4 989 contre 5 175 en novembre 2012). A croire que les campagnes de prévention routière sont efficaces. Si en France, les spots publicitaires sont souvent choc et mettent en avant des images violentes, en Nouvelle-Zélande il en est autrement. En effet, comme le relaie Gentside, la sécurité routière locale, la "Transport Agency", a décidé de centrer le débat sur du dialogue et peu d'images violentes.

Ainsi, la dernière vidéo montre deux véhicules, l’un à l'arrêt à un Stop et prêt à s'engager et l’autre arrive à vive. Pas de doute : il va y avoir accident. C’est à ce moment que l’action s’arrête et les deux conducteurs se retrouvent pour discuter. Comme l’explique Gentside, l'un d'eux s'excuse et explique qu'il pensait avoir le temps de passer. "C'était une simple erreur" déclare-t-il. L'autre indique qu'il va beaucoup trop vite et qu'il ne peut pas s'arrêter pour esquiver. "Je vais trop vite. Je suis désolé" lui lance-t-il. Lancée le 5 janvier dernier sur YouTube, cette campagne a déjà attiré plus d'un million d'internautes.

Lu sur Gentside

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !