Nadine Trintignant dénonce les conditions d'incarcération de Bertrand Cantat qui "pouvait recevoir ses copains tous les jours". | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Crédits Photo: DR

Colère

Nadine Trintignant dénonce les conditions d'incarcération de Bertrand Cantat qui "pouvait recevoir ses copains tous les jours".

La mère de Marie Trintignant juge "monstrueuse" la volonté de Bertrand Cantat de remonter sur scène.

L'ancien chanteur de Noir Désir, Bertrand Cantat, condamné pour avoir tué l'actrice Marie Trintignant a coups de poings, a été forcé d'annuler sa tournée des festivals, suite à la polémique créée par sa présence sur scène. La ministre de la Culture, François Nyssen, a pourtant estimé que le chanteur a "le droit de vivre sa vie, il a payé".

"La ministre de la culture n'est pas au courant que jamais on a applaudi un assassin? Que jamais il n'est venu sur scène?", s'est indignée Nadine Trintignant, la mère de la victime. "C'est monstrueux. Citez moi un seul assassin qu'on a applaudi après. Citez-m'en un. Ça n'a pas existé", s'est-elle insurgé dans l'émission C L'Hebdo, samedi sur France 5.

Elle a ensuite dénoncé les conditions de détention du chanteur. "On dit qu'il a fait son temps. Il avait huit ans, il en a fait quatre, c'est la moitié. Il avait la télé et pouvait recevoir ses copains tous les jours. (...) Tous les vendredis, une automobile aux vitres fumées rentrait dans la cour de la prison, prenait cet individu et l'emmenait passer un bon weekend. Et ça on ne le dit pas."

Interrogée sur la lettre de Bertrand Cantat, dans laquelle il exprime sa compassion, Nadine Trintignant a répondu : "Qu'est-ce que j'en ai à faire de sa compassion? Qu'il la garde pour ses deux enfants dont il a fait deux orphelins et leur père, un massacreur, un bourreau".

Lu dans le HuffPost

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !