Les images de l'évacuation de l'université de Tolbiac par les forces de l'ordre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: CHRISTOPHE SIMON / AFP

La fin de la Commune Libre de Tolbiac ?

Les images de l'évacuation de l'université de Tolbiac par les forces de l'ordre

Les CRS sont intervenus dans la matinée de vendredi afin d'expulser les étudiants grévistes qui bloquaient le site de l'université de Tolbiac à Paris.
L'évacuation du site de Tolbiac dans la matinée du vendredi 20 avril marque à n'en pas douter un tournant dans le mouvement de contestation étudiante. De nombreux sites ont été bloqués ou perturbés ces dernières semaines (à Sciences Po Paris, à Nanterre ou bien encore à Montpellier) afin de protester contre la politique du président de la République Emmanuel Macron et contre la réforme de l'accès à l'université.
Suite au déblocage de ce vendredi matin, les dégâts constatés se chiffrent en centaines de milliers d'euros. Les cours et les examens sur le site de Tolbiac ne devraient reprendre qu'en septembre prochain au regard de l'étendue des travaux nécessaires. Les locaux avaient récemment été rénovés et des sommes importantes avaient déjà été investies pour cette réfection. Pour la fin de l'année universitaire, les cours et les examens seront organisés sur d'autres sites et dans d'autres locaux de l'université Paris 1 Sorbonne, dans des bâtiments annexes.   
L'intervention de vendredi a été menée au petit matin. Les forces de l'ordre ont mené une vaste opération afin de lever le blocage de l'université. Les étudiants grévistes occupaient le site depuis le 26 mars dernier. Près de 200 CRS sont entrés dans l'établissement à 5 heures du matin. Des heurts ont été signalés au début de l’opération. Une grande partie des étudiants ont en réalité quitter les lieux "calmement". Aucun blessé ne serait à déplorer. Une personne a été interpellée pour outrage et rébellion selon la préfecture de police dans un communiqué.
Selon des informations de l'UNEF et de Marianne, le sort d'un étudiant blessé lors de l'opération de vendredi matin avait été annoncé comme préoccupant. Cette information a été dementie par la Préfecture de police de Paris dans la journée : "Contrairement aux rumeurs qui circulent sur les réseaux sociaux aucun blessé grave, en lien avec l’opération d’évacuation, n’a été recensé".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !