Le policier "Kung-Fu" témoigne en marge du procès de la voiture brûlée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société

Héros d'un jour

Le policier "Kung-Fu" témoigne en marge du procès de la voiture brûlée

Discret, l'homme qui s'était fait violemment agressé est revenu sur l'événement et a dénoncé la volonté de "tuer du flic" de ses adversaires.

L'image avait marqué au-delà-même des frontières de l'Hexagone. Le 18 mai, quai de Valmy, un policier sort d'une voiture de police qui commence à s'enflammer après un jet de fumigène. On vient de lui éclater la fenêtre du véhicule dans le visage. Il a hésité à prendre son arme et s'est ravisé. Ses adversaires l'assaillent alors. Il pare admirablement les coups de barre de fer avec les bras alors que tout s'agite autour de lui. Nombreux sont ceux à voir en lui un héros. Les agresseurs sont arrêtés, et vivent aujourd'hui leur procès. 

Mais comme le veut la formule toute faite (mais pour autant toujours aussi vraie), derrière l'uniforme, il y a un homme. Et Kévin, le policier "kung-fu" ne fait pas exception. Il le confie à France 3 : "C'est douloureux parce que j'ai failli perdre ma vie. Ce n'est pas pour faire des câlins qu'ils m'ont tapé dessus. Ils avaient envie d'avoir un flic et de tuer un flic." Il se dit reconnaissant des soutiens reçus et avoue être encore très marqué par l'événement. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !