La France rappelle son ambassadeur en Italie après des "déclarations outrancières" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Crédits Photo: Capture d'écran Youtube / Euronews

Crise politique

La France rappelle son ambassadeur en Italie après des "déclarations outrancières"

Les tensions entre la France et l’Italie viennent de franchir un nouveau cap. Après des mois de polémiques, la France a décidé de rappeler son ambassadeur en Italie pour "des consultations". Le Quai d’Orsay a officialisé cette décision dans un communiqué ce jeudi 7 février. 

"La France a fait, depuis plusieurs mois, l'objet d'accusations répétées, d'attaques sans fondement, de déclarations outrancières que chacun connaît et peut avoir à l'esprit. Cela n'a pas de précédent, justifie le ministère. Avoir des désaccords est une chose, instrumentaliser la relation à des fins électorales en est une autre."

En début de semaine, le vice-président du Conseil italien a rencontré des Gilets jaunes à Montargis dans le Loiret. Cette rencontre a été qualifiée de "nouvelle provocation" par le ministère des Affaires étrangères français. Accompagné d’Alessandro Di Batista (son bras-droit), Luigi Di Maio a notamment rencontré l’une des figures majeures des Gilets jaunes, Christophe Chalençon. Des candidats aux élections européennes de la liste RIC d’Ingrid Levavasseur étaient également présents. 

Le Quai d’Orsay avait dénoncé cette rencontre lors d’un point presse mercredi : 

"Cette nouvelle provocation n'est pas acceptable entre pays voisins et partenaires au sein de l'Union européenne".

En janvier dernier, Luigi Di Maio avait affirmé que la France n'avait jamais cessé de coloniser les pays d’Afrique. 

Le ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini avait indiqué également qu’il espérait que le peuple français se libère bientôt d'un "très mauvais président" en faisant référence à Emmanuel Macron.

Depuis plusieurs mois, les dirigeants italiens et les autorités françaises se sont également opposés sur la question de l’immigration et de l’accueil des migrants. 

Matteo Salvini a joué l'apaisement et a tenté d'éteindre la polémique ce jeudi :

"Rome ne veut pas de conflit avec la France".

Dans un communiqué, il a proposé de rencontrer le président français Emmanuel Macron. Matteo Salvini souhaite "tourner la page" : 

"Je ne veux de conflit avec personne, les polémiques ne m'intéressent pas".

Euronews

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !