Julie Gayet joue les mères indignes dans un court-métrage contre les mariages forcés | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Crédits Photo: Reuters

Horreur

Julie Gayet joue les mères indignes dans un court-métrage contre les mariages forcés

A l’occasion de la Journée de la Femme, la réalisatrice Lisa Azuelos a réalisé une vidéo intitulée 14 millions de cris.

14 millions de mariages forcés ont lieu tous les ans à travers le monde. A l’occasion de la Journée de la Femme, qui aura lieu ce samedi, Lisa Azuelos a réalisé un court-métrage sur le sujet, intitulé 14 millions de cris. Dans cette vidéo de 4 minutes, intégralement filmée en noir et blanc, Julie Gayet joue le rôle de la mère indigne qui marrie sa jeune fille de 12 ans à un homme qui pourrait être son grand-père.

Emma (Adèle Gasparov) rentre du collège, la tête pleine d’un garçon de sa classe, quand sa mère lui montre une nouvelle robe blanche qu’elle vient de lui acheter. Surexcitée, la fillette l’enfile. La maman la coiffe alors d’une couronne de fleurs et la maquille. Son père (Alexandre Astier), tout endimanché, entre dans la chambre et complimente sa fille: "Une vraie petite femme". Emma commence à s’inquiéter et demande à ses parents ce qui se passe. Pas de réponse. Après un long trajet en voiture au son de Everything's Gonna Be Alright de Sweetbox, la petite famille arrive à la mairie. Le couple Astier-Gayet conduit sa fille à l'autel. Ni une ni deux, la voilà marié à un homme septuagénaire (Philippe Nahon) sous les sourires béat des invités. Le vieil homme pousse ensuite la fillette sur un lit et commence à défaire sa braguette, Emma hurle mais on n'entend pas le son de sa voix, couvert par la chanson. Fin de la vidéo.  

En France, les mariages forcés sont interdits. Filmer ce genre de pratiques dans une famille bourgeoise typiquement française crée donc un décalage choquant et voulu. "Ce film est mon cri à moi pour que l'on puisse entendre le leur. Et que cesse l'idée que cela puisse être une normalité", a expliqué Lisa Azuelos sur YouTube. 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !