Grande-Bretagne : l'émission de télé-réalité qui fait scandale | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: Reuters

Polémique

Grande-Bretagne : l'émission de télé-réalité qui fait scandale

La nouvelle émission de télé-réalité de Channel 4 dresse un portrait sordide des habitants de la rue Turner, à Birmingham, un quartier défavorisé. Certains internautes se déchaînent sur les réseaux sociaux, d'autres réclament l'arrêt de l'émission.

"Le tollé que l'émission a suscité me conforte dans l'idée de la nécessité absolue de proposer des programmes sur le sujet. Eviter la réalité quotidienne ou l'édulcorer serait un manquement à notre devoir", déclare le patron de Channel 4, Nick Mirsky, au quotidien The Guardian.

"Benefits street" ("La rue des allocations sociales", NDLR) est une émission de télé-réalité qui filme la vie des habitants de la rue Turner, à Birmingham, la deuxième ville de Grande-Bretagne, touchée par 16,5 % de chômage - soit deux fois plus que le taux national.

Dans le premier épisode, diffusé le 8 janvier, on voit des gens en train de boire dans la rue, un homme expliquant comment voler des vêtements ou encore un couple qui raconte, hilare, s'être fait prendre en flagrant délit de fraude du système d'allocations sociales.

En réaction, de nombreux internautes se sont violemment déchaînés sur les réseaux sociaux.  "Voir cette racaille dans Benefits Street me rend dingue. Allez bosser, bande de chiens", lance quelqu'un sur Twitter. Au contraire, plus de 200 000 personnes dégoûtées par l'émission ont signé une pétition exigeant son interruption. Quant aux protagonistes du reality show, ils se disent trahis par Channel 4 qui aurait, selon eux, promis de donner une image positive de la rue Turner.

lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !