Grand Journal de Canal + : promesses, déceptions, changements... et plagiat ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media

Le changement, c'est... plus tard

Grand Journal de Canal + : promesses, déceptions, changements... et plagiat ?

Antoine de Caunes est revenu sur la première de la nouvelle version du "Grand Journal", tenue ce lundi soir. Le programme-phare de Canal + est toutefois au cœur d'une nouvelle polémique sur un potentiel plagiat - ou "inspiration"...

Après la rentrée, le débrief de rentrée ! Dans la panoplie de nouveaux programmes lancés ce lundi à la télévision, "Le Grand Journal" nouvelle formule, 10e année, était particulièrement attendu. Avec, à la place du chef d'orchestre, Antoine de Caunes remplaçant Michel Denisot.

Il a débriefé cette première tant attendue pour le Buzz TV Mag-Orange"Le conducteur était très chargé" a-t-il expliqué, regrettant qu'il n'était "pas dans le plaisir". "Il y a plein de choses à changer", poursuit-il. Cela fait sans doute aux réactions mitigées des téléspectateurs après cette première...

Mais s'il y a une chose à changer, peut-être d'urgence, c'est une pastille de l'émission, "Pendant Ce Temps". Ce programme reprend en effet le même générique qu'un sketch diffusé outre-manche sur Youtube en... septembre 2012, et qui avait atteint les 3 millions de vues :

La polémique ne s'arrête pas là puisque "Meanwhile", le titre de ce sketch, peut se traduire en... "Pendant Ce Temps". Visiblement, Thomas Ridgewell, à l'origine de "Meanwhile", n'avait pas du tout été prévenu de la manoeuvre...


L'auteur de ce programme pour Canal+ a voulu contacter Thomas Ridgewell via Twitter... à sa manière (le reply d'origine a été effacé par Kevin Razy) :

Le Grand Journal, toujours sur Twitter, tente de mettre en cette fin d'après-midi un terme à cette polémique :

Vu sur le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !