Gérard Longuet découvre l'existence de Salah Hamouri | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Crédits Photo: Capture/Dailymotion France Inter

Sélectif

Gérard Longuet découvre l'existence de Salah Hamouri

Interrogé mercredi par un auditeur de France Inter, le ministre de la Défense a avoué ignorer l'existence du franco-palestinien détenu depuis près de sept ans en Israël.

C'est un dossier auquel Nicolas Sarkozy attache une importance particulière. Mais visiblement pas (tous) ses ministres. Alors que le président de la République, lors d'un entretien consacré la veille à la libération de Gilad Shalit avec RCJ (Radio de la communauté juive) et Radio J avait souligné l'importance qu'il accordait au sort de l'étudiant franco-palestinien, le ministre de la Défense a fait part de son ignorance sur le sujet : "je vais être très franc, je découvre cette situation et je vais naturellement la regarder de très près”, a répondu Gérard Longuet, devant un Patrick Cohen et un Bernard Guetta stupéfaits.

"Ca fait des années que ce dossier est pendant", rappelle d'ailleurs ce dernier. Gérard Longuet tente de se justifier, avançant que "ce n’est pas un dossier pris de charge par le ministère de la Défense" et qu'il y a "certainement une explication" au fait que la détention du franco-palestinien perdure malgré les doutes qui entourent sa culpabilité. "Mais à cet instant je ne vous la donne parce que je ne la connais pas", dit encore Longuet. 

Salah Hamouri, né d'un père palestinien et d'une mère française, a été arrêté en mars 2005 à un checkpoint par les autorités israéliennes, alors qu'il faisait ses études à Bethléem. Il est accusé par Israël d'avoir projeté de tuer le rabbin Obadia Youssef et d'appartenir au Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), une organisation illégale en Israël. En 2008 il a été condamné à huit ans de prison, mais selon ses soutiens, cette condamnation s'est faite sans la moindre preuve de sa culpabilité. 

Vu sur Teleobs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !