Des jumelles séparées à la naissance se sont retrouvées grâce à Facebook | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts

Coincidance miracle

Des jumelles séparées à la naissance se sont retrouvées grâce à Facebook

Siam et Fabienne ignoraient tout l’une de l’autre quand une amie de la première est tombée par hasard sur une photo de la seconde sur le réseau social.

L'histoire rappelle celle d' A nous quatre, le célèbre film Disney sorti en 1998 : Siam et Fabienne, deux jumelles qui avaient été séparées à la naissance sans jamais le savoir, se sont retrouvées à 22 ans sur Facebook.

L’une habitait à Lyon, l’autre à Strasbourg, elles ignoraient tout l’une de l’autre... jusqu’au jour où une amie de Siam est tombée par hasard sur une photo de Fabienne sur le réseau social, a raconté le journal Le Progrès.  "Siam, ma sœur Marie m’a envoyé le lien d’un profil Facebook d’une connaissance d’une de ses potes qui est ton sosie, regarde son nom Fab Gorge. Je te promets, c’est impressionnant", a-t-elle alors posté sur le mur de son amie. "Au début, j'avais peur (...)", a confié Siam à Europe 1, ce vendredi. En discutant sur Facebook, les jeunes femmes ont découvert qu’elles avaient la même date de naissance et le même groupe sanguin. Quelques jours plus tard, elles ont décidé de se rencontrer.   

"J’en veux aux médecins de l’hôpital d’Hanoï d’avoir volontairement caché cette gémellité qui nous a privé d’une partie de notre enfance", a confié l'une des deux. Les jumelles, abandonnées à la naissance par leur mère biologique à l’hôpital d’Hanoï, ont été chacune adoptées par une famille française. Leurs parents respectifs ignoraient l’existence de l’autre. "Mais on a toujours su qu'il nous manquait quelque chose", a confié l'une des jeunes femmes.

A noter qu'une telle histoire n'est pas tout à fait nouvelle : deux Indonésiennes adoptées en Suède se sont retrouvées au bout de 28 ans, en 2012.

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !